Livre "Un si profond silence"

Une femme. En écrivant elle explore les silences sur lesquels elle s’est construite.

C’est une histoire de fantômes, une enquête intime et poétique sur le déracinement, le deuil, le corps, la mémoire familiale et la transmission, sur l’indicible qui vit en nous malgré nous.

Une narration à plusieurs voix et en dialogue avec un astrophysicien, le vent, une Avaleuse de Mémoire, un archéologue des Profondeurs, l'ombre, une Ancienne...

Un livre sur notre immense besoin d’histoires.

Un récit de reliance, de résilience.
 

Pour en lire quelques extraits: https://osetracines.com/2021/10/16/un-si-profond-silence-anne-guinot/

Coup de coeur du Carnet et les instants


Commande via votre librairie:

ISBN: 978-2-9602025-2-6
D/2021/14 358/03

Commande directe:  écrire à lamedelacolline@gmail.com

 


 

 

Livre "Un si profond silence" Videos
poème "Tout avait changé déjà"
Anne Guinot · Tout avait changé déjà
Vidéo-poème

Celle qui sera (la lettre manquante) from Anne Guinot on Vimeo.

Livre "Un si profond silence" Press Reviews

Où en sommes-nous avec la mort ?

Un coup de cœur du Carnet

 

Anne GUINOT, Un si profond silence, Âme de la Colline, 2021, 178 p., 15 €, ISBN : 978-2-9602025-2-6

guinot un si profond silenceAnne Guinot est née en 1983 dans « un pays de forêts et de rivières ». Elle vit en Belgique depuis 2008 (Bruxelles d’abord, le Condroz ensuite). Un si profond silence est son premier livre. Un lieu de mots d’où elle nous parle de comment sa vie s’est figée quand elle a perdu sa mère, alors enceinte de jumeaux, et de comment le silence s’est installé dans son corps. Elle avait deux ans.

Un si profond silence fonctionne comme une enquête poétique où, dans une prose sans cesse entrecoupée de vers libres, l’autrice explore l’intime pour tenter de dire, de comprendre, de donner du sens (si tant est qu’il y en ait un) à ce qui s’est passé alors qu’elle n’était qu’une toute petite fille.

Une enquête en huit mouvements pour en remettre dans une parole gelée. Huit mouvements pour grandir. Pour vivre. Tout simplement. Comme le dit Nina Simone dans sa chanson Ain’t got no home : « I’ve got life, I’m gonna keep it », citée en fin de livre. Où chaque mouvement interroge le silence de la mort. Celui qui a pris toute la place et sur lequel l’autrice s’est construite. Chaque mouvement pour « arpenter les questions de l’intérieur. Comme dans un labyrinthe » puisque personne ne lui dit rien de sa mère, pas même Mamie Suzanne, sa grand-mère maternelle qui vit pourtant entourée de photos de sa fille décédée, une petite valise brune calée à côté de son fauteuil qu’elle ne quitte plus. Bien décidée à rester dans cet ailleurs qu’est le souvenir.

Anne Guinot cherche, sans vraiment savoir quoi : « sans doute cette envie forte de dévoiler ce qui était caché, de résoudre ce qui semblait une énigme », elle qui se sent comme « une femme enceinte », à « porter [ses] morts ». Elle qui fait tout pour [les] « remettre dans la vie, leur redonner une place dans le monde, les retisser dans l’histoire, c’est ça qu’[elle essaie] de faire en écrivant ». Parce que l’écriture devient une nécessité au moment où l’autrice approche de l’âge auquel sa mère est décédée. Elle qui sent son corps céder, qui ne peut plus « contenir et porter cette histoire ».

 Je vivais des états limites, états de panique, de dépression, de culpabilité et de honte intenses, alors que rien ne me menaçait.

Avec les mots, Anne démêle les nœuds, cherche comment sortir de la confusion, prend conscience qu’il lui faut cesser d’essayer encore et toujours de « faire revenir [s]a mère d’entre les morts ».

Au décès de sa grand-mère, elle cherche dans les objets qui restent de quoi combler le vide. Ne trouve rien. Ne sait plus où elle est. « (…) Tu viens du chaos et du silence/de l’insensé impensé qui a heurté l’enfance ».

Pourtant c’est de ce rien que surgit une hypothèse : si le vide laissé par Mamie Suzanne constituait les pages blanches qui lui faut inventer ?

S’affirme alors la nécessité pour l’autrice d’inventer, de redéfinir son périmètre, de redessiner son parcours. D’autant qu’elle retrouve, dans les objets de sa mère, un fil. Celui d’avant sa naissance. Celui du désir de sa mère et de son père.

Alors Anne part sur les traces de ce désir. Voyage rituel en Espagne, à Sant Carles de la Rapita et Teruel, où ce n’est plus sur le vide qu’elle tombe mais sur la beauté :

Maintenant il y a quelque chose.

Maintenant, je sais que je suis née de cette beauté.

Un point de départ pour redonner du sens au monde, définir sa place. Pour ne plus avoir à choisir entre deux ou, mais à accepter l’intrusion du et dans la vie.

Pour la première fois, le et a pu s’articuler, la vie et la mort coexister.

Dans ce livre-poème, on éprouve comment la mort nous remet à notre place, qui nous demande de situer le lieu d’où l’on parle pour qu’une histoire puisse avoir lieu.

« J’ai la vie et je vais la garder » (Nina Simone)

Amélie Dewez

 

Livre "Un si profond silence" References

« Claque absolue de cet été. Mon chamboulement estival. Une merveille! »

Lisette Lombé


Livre rare, bouleversant et poétique. Un style épuré qui dit tant en filigrane... L'ouvrage papier est lui aussi de qualité exceptionnelle, à la hauteur de son contenu littéraire. Bravo et merci."
 
Gaetano Vento
 

"Magnifique.
 Vivifiant. 
Ton récit est une vraie histoire où l'intime et l'universel palpitent dans les mots, où l'écriture aérée et poétique permet au lecteur de vivre ce livre en respirant au diapason, en percevant les échos de la vie et de la mort dansant en nous tous. Une lecture-pulsation."
 
Bénédicte Delanghe

"Je tenais à te dire merci pour ton livre "un si profond silence". Le lire a été un choc pour moi, tellement je m’y suis vue, reconnue, entendue . La remontée laborieuse des mots qu’on tire à la main avec un remonte charge qui s’arrête à tous les étages, la sortie du silence qui englobe tout tellement longtemps. Mon histoire est différente mais le silence qui ronge, qui prend possession de tout mon corps parce que l’histoire doit se dire, les mots doivent sortir, ça c’est universel." 

Catherine Wilkin


"J'ai lu d'une traite ton livre aujourd'hui.
J'en suis sortie très émue.
Cela touche quelque chose en moi, et tournant autour de ce silence, tu arrives à dire l'essentiel, me semble-t-il!"
 
Catherine Pierloz

"Anne Guinot sort dans quelques jours un livre intime, viscéral et poétique que j'ai hâte d'avoir entre les mains. "Un si profond silence" est de ces livres qu'on écrit pour vivre. Il est question de mort, celle d'une mère que l'auteure a à peine connue (elle avait 2 ans lorsque sa mère est morte enceinte), de silence, de tabou, de résilience, de merveilleux, du pouvoir des mots et de la poésie...Un texte, je crois, qui répare le corps et l'âme."
 
Florence Plissart
 

"Je referme la dernière page de ton livre. Je ne suis pas sortie de la journée car il me fallait lire ton livre dès le premier mot. Je suis bouleversée. Quelque chose en moi pleure profondément. 
Ton livre est tellement juste et profond. Guérisseur. Parfait. Tes mots disent, reconnaissent. 
Je n'ai pas de mots.
 
Céline de Bo

"Merci pour ce texte si dense, si beau, qui entremêle récit et poésie. Ton écriture est singulière, ta voix résonne en moi."

Jacinthe Mazzocchetti

 
Livre "Un si profond silence" files